A 11 ans, on se sent fier(e) d’appartenir à la catégorie des grands. A 11 ans, les premiers émois apparaissent. 11 ans d’existence pour un festival de musiques actuelles, Europavox, qui ne cesse d’accroitre son taux de fréquentation, qui ne cesse de développer et de mettre en valeur des groupes Européens appartenant à des styles alliant le grouve au folk mélancolique, en passant par le hip-hop psychédélique.

Un voyage qui stimule l’esprit d’itinérance à travers le Danemark, l’Allemagne, la Belgique, la Serbie, les Pays-Bas, la France…

Agnes, Obel, After Marianne, Wandl, Deluxe, Lamomali de M, Témé Tam, retour sur 7 concerts qui nous ont marqué et des artistes qui nous ont séduit.

WANDL

©Estelle Bruant

Seul en scène, ce jeune Autrichien de 22 ans nous embarque dans un monde, dans son monde. Aussi mystérieux que psychédélique, un brin envoûtant et touchant, Wandl nous attire vers un flow de hip-hop fascinant. En devant de scène, il prend tout l’espace. Wandl est déjà grand et nous a hypnotisé agréablement.


AFTER MARIANNE

©Estelle Bruant

Un quatuor talentueux porté par une voix magique, émouvante et troublante. Un timbre grave et juste dans ses intentions. Une musique enivrante, certaines chansons en français qui nous transportent alors vers une contrée inconnue. Un mélange habile entre une musique anglo-saxonne et des mots qui ne peuvent que porter une résonnance en nous.

Une envolée scénique classe qui mérite amplement d’être vue et entendue.


DELUXE

©Estelle Bruant

Une énergie scénique débordante.  De l’audace, du caractère, des costumes expressifs et vifs, des rythmes qui provoquent de manière instantanée des déhanchements dans le public. Une chanteuse qui parcourt la scène en courant avec groove et élégance, des musiciens tous moustachus qui répondent présents à ce bouillon de dynamisme.


AGNES OBEL

©Estelle Bruant

Quand la grâce tutoie la volupté. Quand l’envoutement opère avec un naturel déconcertant. Danoise, Agnès nous parle en Anglais entre ses titres, avec la même fragilité qui est si touchante dans ses chansons. Ses musiciennes partagent cette belle présence qui demeure optimale du début jusqu’à la fin du concert. Des boucles de piano et électro complétées par des nappes musicales qui prennent toutes leurs envols.


Témé Tam

©Estelle Bruant

Nous trouvons avec joie Témé Tam, sa musique « soul, hip-hop, électro » baigne habilement dans des couleurs Africaines. Cet homme doué et doté d’un orchestre à lui tout seul impressionne par son aisance scénique, sa générosité et le rythme parfaitement pensé de ses chansons. On perçoit une empreinte « STROMAE » chez ce jeune artiste qui fera obligatoirement parlé de lui.


Michael Kiwanuka

©Estelle Bruant

De la douceur teintée de soul émane de ce show qui nous transporte et nous transcende avec délicatesse. Michael Kiwanuka, entouré de ses musiciens sur scène nous donne une leçon d’humilité et de sagesse, une leçon aux influences marquées par Otis Redding. On a adoré le voyage.


LAMOMALI de M 

©Laura Jalaguier Riot House

De notre simple mémoire de rédacteur/rice et de spectateur/rice, nous avons rarement entendu et vu un concert aussi grandiose. Dès la première chanson, le talentueux Matthieu Chedid, emmène tout le public avec lui. Le chant et la danse font partie intégrante du concert, côté scène et côté public. Sans oublier le sourire et les larmes aux bords des yeux pour toute la belle émotion donnée généreusement par tous les artistes Maliens qui entourent M ou Oxmo Puccino.


Europavox est là. Nous aussi. Et on a déjà hâte d’être à la prochaine édition, qui sera, nous en sommes certains, également parfaite.

En savoir plus sur le festival