Ce nom ne vous dit rien ? Tout droit venus de Grand Rapids, dans le Michigan, les Heaters forment un groupe de psycho-surf-rock. Il est rare d’entendre ce genre de musique venant d’artistes du Midwest ! Mais après avoir joué au Austin Psych Fest, SXSW et Levitation, le groupe a su trouver sa place sur la scène psychédélique. Le vendredi 19 mai dernier, les Heaters se sont produits pour la seconde fois à Paris, à la Mécanique Ondulatoire, et cette fois-ci l’événement était organisé par Freaky Loud Things.

Nous avons rencontré Nolan, Josh, Ryan et Ben, membres des Heaters.

Bienvenue à Paris ! Présentez-vous.

Ben: Mon nom est Ben. Je suis originaire de Suttons Bay, dans le Michigan. Je réside actuellement à Grand Rapids. Je joue surtout de la guitare à 12 cordes.

Ryan: Je suis Ryan. Je vis à Grand Rapids et je joue de la guitare.

Josh: Je m’appelle Josh et je joue de la batterie. Je suis originaire d’Ann Arbor mais je vis actuellement à Grand Rapids. 

Nolan: je suis Nolan. Je joue de la basse et de la guitare et je suis de Midland, dans le Michigan. Nous nous sommes tous rencontrés à Grand Rapids. Josh et moi étions voisins, alors nous avons commencé le groupe en 2014.

C’est la deuxième fois que vous jouez à Paris, à la Mécanique Ondulatoire. Comment était ce concert comparé au précédent ?

Nolan: Il était très similaire au précédent, c’était super amusant. Sauf que nous n’avions pas eu de coupure de courant la dernière fois… là quelqu’un a renversé une bière sur les câbles.

Nous avons joué quatre chansons de notre dernier disque, une chanson du premier disque, et il s’agissait pour le reste de nouvelles chansons.

Comment se déroule la tournée européenne ? Des histoires intéressantes ?

Nolan: Ça se passe très bien, nous en sommes à peu près à mi-chemin. Concernant les histoires intéressantes… nous nous sommes perdus dans les Alpes en Suisse, alors nous étions en retard de quelques heures pour les soundcheck. Ensuite, nous allons au Royaume-Uni pendant 12 jours pour jouer pour un festival itinérant appelé Dot to Dot. Nous n’avions pas tourné en Europe depuis la sortie de notre dernier album Baptistina qui est sorti à l’automne 2016.

Baptistina, c’est-à-dire?

Nolan: C’était apparemment le nom d’un astéroïde qui aurait anéanti les dinosaures, mais ça a été démenti.

Est-ce que vous sentez une différence entre jouer aux États-Unis et en Europe?

Josh: l’Europe est incroyable et je pense que l’art et la culture y sont très appréciés en général. Les concerts sont géniaux. Les gens que nous rencontrons sont si gentils et accueillants comparé aux États-Unis. Là-bas il y a beaucoup d’endroits cool pour jouer et de très bonnes personnes… mais on passe 10 heures par jour à conduire pour jouer devant peu de monde à des concerts dont la promotion a été mal faite. En Europe, vous voyez des promoteurs qui travaillent dur et organisent de très bons concerts.

Pouvez-vous nous parler de la fois où deux super fans ukrainiens sont venus tout droit de Tel Aviv à Paris juste pour voir ?

Josh: C’était fou. J’ai parlé avec eux en ligne et je n’aurai jamais imaginé les rencontrer un jour. Ils connaissaient les paroles de chaque chanson. Ils sont venus de loin pour voir le concert, ce qui est incroyable. Nous apprécions vraiment ça !

Comment la dynamique du groupe a-t-elle changé depuis l’arrivée de votre nouveau guitariste ? 

Ben: C’est la seule dynamique que je connaisse.  J’ai rejoint le groupe il y a deux mois, avant de prendre l’avion vers le Royaume-Uni, mais c’est formidable. Je m’amuse tellement ! Nous avons dû travailler très vite.

Nolan: L’autre gars qui était dans le groupe est parti très brusquement, il y a deux mois. Nous étions sur le point d’enregistrer un album et de partir en tournée pour six semaines, mais heureusement, je vis avec Ben. Alors je lui ai demandé s’il voulait aller en Europe et il a dit oui. Ben nous a apporté beaucoup d’idées pour les nouvelles chansons.

Comment décririez-vous la musique que vous jouez ?

Nolan : Personnellement, je ne sais pas si je saurais un jour la décrire !

Ben : Nous écoutons beaucoup de groupes auxquels nous sommes comparés, des groupes que nous respectons et aimons… mais nous essayons de ne pas trop regarder en arrière et nous faire trop influencer. Beaucoup de gens aiment le rock garage et le retour aux années 60, mais on essaye de faire de la musique qui soit pertinente, cool et jolie. On essaye de mélanger des éléments que nous aimons.

Qui réalise vos pochettes, affiches, etc? 

Nolan : Notre ancien guitariste nous faisait beaucoup d’artworks ! Mais maintenant, nous travaillons avec John Zabawa de Chicago. Il réalise beaucoup de choses pour les Allah Las, il a notamment fait une affiche personnalisée pour chaque concert de cette tournée.

© HEATERS – Baptistina

Avec quel label travaillez-vous ?

Nolan : On enregistre toujours nos albums avec Beyond, Beyond, is Beyond. Sur ce label, on retrouve notamment The Meers, Kikagaku Moyo, Chocolat...

Avec quels autres groupes aimeriez-vous jouer?

Nolan : J’aimerais jouer avec Pond.

Ryan : Tom Waits. 

Josh : Jouer avec Froth serait génial.

Ben : Si Kevin Parker pouvait produire un de nos albums ce serait incroyable.

Y a-t-il d’autres groupes du Midwest que vous pouvez nous recommander ?

Josh : Moonwalks de Detroit.

Ben : Le groupe de John Zabawa qui s’appelle Lucile Furs.

Vos plans pour 2017 ?

Nolan : Le prochain album sortira à la fin de l’été ou à l’automne.

Un dernier mot ? 

Ben : Merci pour tous ceux qui viennent nous voir en concert. 

Ryan : Rock’n’roll 

Nolan : Merci! 

Josh : J’aimerais remercier la « tour-mom » de nous maintenir en vie et en bonne santé.

1 2