Vous avez peut-être entendu parler de la nouvelle série sortie tout juste sur Netflix Dear White People et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord car elle est réalisée par Justin Simien, à qui l’on devait déjà le long-métrage (prix spéciale du jury Sundance en 2014) dont est tirée la série mais surtout pour les commentaires racistes et menaçants qui ont suivi la sortie de la bande-annonce de cette dernière il y a quelques mois.
Mais si sur COCY, nous devions trouver une seule et bonne raison de parler de Dear White People, cela serait pour évoquer la qualité et la dérision dont elle fait preuve.

Habitués des programmes produits par la plateforme de streaming américaine, on aurait dû savoir que commencer une série un vendredi soir, veille de week-end à rallonge ne serait pas une bonne idée. Et pourtant, en l’espace de 24h voilà les dix épisodes engloutis et l’impression d’avoir fait partie, l’espace d’un instant (cinq heures), de la vie mouvementée de la fictive Université de Winchester aux Etats-Unis.

Entre racisme ordinaire et vie étudiante, Dear White People nous fait découvrir le quotidien de jeunes adultes noirs dans un monde où le blanc règne en maître. Servi par un ton décalé et de nombreuses situations comiques, le rire n’est pourtant jamais bien loin du message social que porte en son sein la série.

©Adam Rose / Netflix

Racisme, xénophobie, exclusion, homosexualité, pouvoir, ici les sujets importants ne manquent pas. Et si l’on peut penser à première vue que le réalisateur porte le blâme uniquement sur les maladresses et le racisme de ces étudiants blancs et privilégiés, c’est finalement envers ses personnages principaux qu’il se montre le plus dur.

Reggie, Sam, Lionel, Troy, Gabe, Joelle et Coco. Chacun souffre à sa façon, chacun tente de se faire une place dans le monde sans s’apercevoir du mal qu’il fait autour de lui. D’une simple reprise de chanson, aux violences policières en passant par l’adultère, Dear White People se place alors comme le reflet de notre société, tentant de progresser vers un avenir meilleur, maladroitement et pas toujours de la meilleure façon qu’il soit.

La série nous rappelle que si les années ont passé, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour que les violences et le racisme cessent, quels qu’ils soient, pour que les coeurs puissent alors guérir et vivre ensemble.

En bref, humour et morale au service d’une très bonne nouvelle série. 

©Netflix