Il faut croire que Paris est à l’heure africaine ce printemps. Entre l’exposition « L’Afrique des routes  » au musée du Quai Branly – Jacques Chirac, « Africa Now ! » aux Galeries Lafayette ou encore « Afrique Capitales » à la Villette, le continent est décidément la guest-star de la capitale française. Art Paris Art Fair 2017 ne déroge pas à la règle en célébrant cette année la diversité de la création artistique africaine contemporaine.

Pour cette 19e édition, la foire printanière accueille 139 galeries françaises et internationales sous la somptueuse verrière du Grand Palais du 30 mars au 2 avril. Après la Corée du Sud l’an dernier, c’est le continent africain qui est sous le feu des projecteurs avec une vingtaine de galeries d’Afrique invitées et 70 artistes originaires du continent exposés. Pour Marie-Ann Yemsi, commissaire invitée, il est question d’ouvrir notre regard sur la diversité de ces scènes artistiques peu ou mal connues à Paris. Galeries européennes et africaines se côtoient donc et dialoguent dans un espace fort de ses 6500 m2.

Quel est l’intérêt d’aller dans une foire d’art contemporain si l’on n’a clairement pas les moyens de s’offrir une œuvre ? On vous rassure, la majorité des visiteurs ne sont pas des collectionneurs mais des amateurs d’art curieux qui viennent se balader et profiter d’un spectacle riche en couleurs. Contrairement aux autres art fair comme la Fiac, Art Paris est jugée plus conviviale, moins intimidante et donc plus accessible.

The Kid, Michael Jackson For President. ©ALAIN JOCARD / AFP

On peut y admirer, entre autres, les tapisseries contemporaines de l’artiste sud-africaine Billie Zangewa, les sculptures monumentales du sénégalais Ousmane Sow ou encore les magnifiques photographies de Namsa Leuba. On vous conseille aussi d’aller faire un tour au stand de la Galerie ALB pour y découvrir les œuvres on ne peut plus perturbantes de l’artiste néerlando-brésilien The Kid. On ne vous en dit pas plus…

L’Afrique c’est chic ! Les mauvaises langues diront que cet engouement pour l’art africain n’est qu’un effet de mode de bobos parisiens. D’autres y verront plutôt l’occasion de découvrir la vitalité et la pluralité d’un continent en pleine effervescence artistique.

Contributrice : Clémence Condemi