The Proper Ornaments est un groupe brit-pop 60’s dirigé par James Hoare (Ultimate Peinture, Veronica Falls) et Max Oscarnold (Toy, Pink Flames), avec Danny et Bobby à la basse et la batterie. The Proper Ornaments vient de sortir un deuxième album « Foxhole » en janvier 2017, un album plus doux avec de jolies harmonies simples. Bien que les paroles peuvent être assez mélancoliques, il subsiste une certaine légèreté et un sentiment paisible tout au long de l’album. Nous les avons rencontré après un showcase intime, tous serrés dans un coin lors d’une session acoustique au disquaire Pop Culture (Paris 11e).

Bienvenue à Paris. Des affinités particulières pour cette ville?

Bobby: Il me semble que c’est la ville où nous avons le plus joué.

Danny: Il y a une bonne connexion musicale entre Paris et Londres. Depuis des années nous sommes amis avec des groupes dans les deux villes, on joue toujours ensemble et on dort dans les maisons de chacun.

Max: Paris a toujours été un lieu important pour ceux qui aiment l’art, la lecture et la musique.

James: Et en remontant au début du siècle dernier avec le mouvement artistique, il y a des gens qui aspirent à un certain mode de vie beatnik.

Racontez-nous l’histoire de The Proper Ornaments. Pourquoi ce projet en particulier, en plus de vos autres groupes?

Max: Ce projet est né naturellement, du fait d’être amis et de passer du temps ensemble.

James: Nous aimons flâner ensemble pour la musique. En dehors de la musique, je déteste ces gars (rires).

Pourquoi avoir choisi ce nom The Proper Ornaments?

James: C’est une chanson d’un groupe appelé The Free Design, que j’aime depuis longtemps. Quand nous parlions d’un nom, je l’ai suggéré à Max et il l’a aimé, alors on s’est lancé. Nous aimons les connexions de ce groupe à la scène .

Comment décririez-vous votre musique à ceux qui ne connaissent pas The Proper Ornaments ?

Max: Je ne sais pas vraiment, ce sont des déchets (rires). Mélodique. Parfois ça sonne un peu Velvet Underground, Byrds, Swell Maps… les premiers groupes punks des années soixante-dix au Royaume-Uni. Certainement pas sunshine pop, nous ne sommes pas du tout solaire. Je couvres mes fenêtres avec des couettes afin que le soleil n’entre pas et James fait pareil avec les journaux.

Bobby: Très mélancolique, mais mélodique avec des compositions de chansons classiques.

Danny: Du dream pop sombre.

The Proper Ornaments a sorti un EP « Waiting for Summer » un premier LP « Wooden Head » ainsi que quelques singles et un split avec le groupe Beat Mark. Le troisième album « Foxhole » vient de sortir le 20 janvier 2017. Dans quel contexte cet album a-t-il été créé ?

Max: Ce disque est comme les origines de ce groupe, qui était « nous allons nous réunir et voir ce qui se passe » et lentement il est devenu un album. Les paroles sont à peu près ce que nous avons l’habitude d’écrire, c’est ce que nous ressentons. Mais on essaye de ne pas être trop premier degré et de le rendre un peu ironique et drôle parfois. Nous ne nous prenons pas trop au sérieux. On peut le concevoir comme de la musique sérieuse, mais ce n’en est pas vraiment. Nous avons vécu des périodes difficiles, comme tout le monde, mais ça va. Nous sommes très chanceux de pouvoir faire ce que nous aimons faire, mais nous souffrons de beaucoup de choses qui sont très communes à beaucoup de gens… la dépression, ce genre de chose. Nous n’allons pas écrire de la musique sunshine pop, comme les Beach Boys, on les aime mais nous ne sommes pas ce genre de personnes.

Pourquoi le nom « Foxhole »?

James: Au début il y avait une chanson sur l’album appelée « Foxhole » puis le nom a été changé. Mais nous avons pensé que le nom « Foxhole » convenait à l’ambiance de confinement. L’album a été enregistré dans ma maison. Donc le son de l’enregistrement est propre à l’endroit où il a été enregistré, nous avons dû jouer assez doucement. Le nom est lié au feeling global de l’enregistrement.

Pourquoi y a-t-il des signes japonais sur la couverture?

Max: Nous avons pensé à ce moine qui a vécu au Royaume-Uni dans les années cinquante. Il écrivait de la poésie minimaliste sur un machine à écrire. Nous avons trouvé une belle image dans son livre, donc nous avons copié la mise en page. Il y a le nom du livre écrit et l’écriture japonaise sur le côté. Nous avons des amis japonais qui nous ont aidés à traduire « foxhole » en japonais d’ailleurs. 

En quoi « Foxhole » est-il différent des albums précédents?

James: Le premier album avait un son plus dur avec plus d’effets. « Foxhole »  retourne à des arrangements plus simples avec plus d’instruments acoustiques: piano et guitare acoustique. Il n’y a pas beaucoup de guitare saturée, donc c’est plus doux et plus propre.

Max: Je pense que ces chansons devraient être faites de cette façon, si nous faisions ces chansons avec plus de distorsion, ça sonnerait moins bien.

Bobby: Nous avons enregistré seize morceaux au studio où nous avons enregistré le premier album. James avait une cartouche 8 pistes qui s’est cassée et nous avons perdu pratiquement tous les enregistrements. Nous avons donc décidé d’aller à l’appartement de James où nous pouvions prendre notre temps. Parce qu’il vit dans un appartement, nous nous sommes plus posés et avons joué plus doucement.

Y a-t-il des thèmes positifs?

Danny: Il a été très positivement reçu pour un album déprimant (rires).

Votre chanson préférée à jouer ?

Max: On aime jouer « Memories« . C’est la première chanson que nous jouons où il y a du piano au lieu de deux guitares elle a donc un son différent. Elle brise l’ensemble de l’album, dans le bon sens.

Album favori de tous les temps?

James: Revolver, par les Beatles.

Bobby: Pour moi c’était Revolver aussi, mais je le changerai pour Abbey Road.

Max: Beatles for Sale.

Danny: Je ne sais pas. Ces trois sont des geeks de musique, ils me traînent toujours dans les magasins de musique où on doit rester là pendant des heures.

Qu’avez-vous écouté dans le van ?

Max: Nikki Sudden et les Jacobites. Et des John Peel Sessions.

James: On a surtout regardé des films dans le van. Par exemple, Notting Hill et je peux te dire que c’est l’un des meilleurs films de tout le temps. Un documentaire sur les habitudes de drogue d’Hitler aussi qui était bien… et nous avons écouté Oasis à peu près tous les jours (rires).

Vos plans pour cette année ?

Max: Nous allons jouer en concert en été et partir en tournée en Espagne.

James: On essayera d’aller  d’aller en Amérique aussi à la fin de l’année.

1 2