2017 ne fait que commencer, mais cette nouvelle année porte déjà en elle une dimension bien symbolique. Dans un contexte politique incertain et dans une prise de conscience constante concernant la place des citoyens, de nombreux mouvements porteurs de sens ne cessent de voir le jour. Dans cette marche qui s’est engagée pour se ré-approprier la société et ses enjeux, le mouvement Mainstenant est né de Nuit Debout pour favoriser  la construction commune d’un avenir meilleur. Mouvement de rêveurs certes mais surtout de faiseurs, c’est en réhabilitant des espaces et environnements abandonnés que naissent, grâce à ces architectes, étudiants, urbanistes, entrepreneurs et avocats, de véritables éco-villages connectés porteurs des valeurs du vivre-ensemble afin de « construire la suite du monde ».

À la lumière d’expériences réussies à travers la France, à l’image du hangar Darwin à Bordeaux, de Yes We Camp aux Grands Voisins ou encore les architectes de Bellastock, de l’atelier Artel ou du collectif Babylone  qui s’engage pour une agriculture urbaine, ce mouvement fédère, rassemble, se multiplie et s’inspire, pour réoccuper des lieux abandonnés et les émanciper.

Car permettre d’offrir de  nouveaux espaces de vie est devenu une véritable mission. C’est un mouvement voulu et pensé dans le seul but de créer et faciliter les échanges. Mais c’est aussi la volonté de transmettre des savoirs dans des lieux à taille humaine où le concept du collectif prime pour devenir un enjeu de société.

©mainstenant

Lieu de conscience de l’autre, il ne s’agit ni d’un camp de vacances ni d’un simple espace de travail. Il faut donc conceptualiser plus grand en pensant ces nouveaux espaces comme des environnements sereins, ouverts au monde, connectés aux villes et entre humains. On se retrouve ainsi pour une heure, un week-end, pour rencontrer, se reposer, créer et découvrir dans des espaces imaginés pour collaborer. Il est donc bien question de réapprendre à vivre heureux, mais surtout ensemble.

On lui connait la création de liens sociaux, mais c’est aussi une démarche éco-responsable qui anime le mouvement. Ici on se ré-approprie des espaces urbains ou bureaux abandonnés tout en apprenant à vivre avec la nature. On y économise ses ressources pour en créer de nouvelles, dans une chorégraphie étudiée où chacun y trouve sa place.

Mainstenant s’engage simultanément dans l’émancipation sociale des citoyens en proposant des débats, des espaces de cultures et autres formes d’échanges qui favorisent la prise de liberté.  Les enjeux économiques et politiques sont pensés au coeur de la démarche et cela afin d’engager un regain d’autonomie et inventer les usages de demain. C’est pourquoi le circuit-court est valorisé pour conduire une alimentation saine en provenance de mini-fermes permacoles. En somme manger sain et locale, dans le respect de l’économie, de la nature et des individus.

Ne soyez donc pas surpris d’y voir des écoles alternatives  au coeur de chaque environnement (voulu en partenariat avec les mairies) mais aussi des espaces culturels et artistiques, des bars et cantines solidaires, une boulangerie, un garage, un fablab, un espace de co-working, un magasin général responsable, une permaculture, une mini-ferme et bergerie, un circuit court mais aussi l’accueil d’exilés, discriminés, et précarisés au sein de cette communauté. Enfin Mainstenant propose des espaces et rendez-vous pour parler et construire la démocratie, car il s’agit avant tout de « faire la démocratie plutôt que regarder passivement le monde faillir » comme on peut le lire sur le site.

Depuis sa création, ce sont deux sites d’encrages autonomes qui ont été mis en place par le collectif. L’île de Platais à Villenne-sur-Seine qui abrite l’ancien domaine naturiste Physiopolis et l’ancienne piscine municipale mais aussi le Golfe d’Esbly. Car la Marne et la Seine passionnent ces penseurs d’un nouveau genre, grâce à leurs 250 îles franciliennes dont la moitié sont aujourd’hui inoccupées.

En sommes Mainstenant s’inscrit dans une volonté d’agir pour un meilleur avenir et nous ne pouvons que soutenir la démarche.

** Pour suivre l’actualité du collectif **