En octobre dernier, la Jungle de Calais s’est vu démantelée renvoyant sur les routes de France des centaines de réfugiés venus pour certains s’amasser dans des camps de fortune, près des stations Jaurès et Stalingrad dans le nord de la capitale. De ce choc social et d’une volonté de venir en aide à ces hommes, femmes et enfants ayant fui la guerre et la misère, le BAAM (Bureau d’Accueil et d’Accompagnements de Migrants) est né d’un groupe solidaire aux migrants installés dans un lycée désaffecté du 19ème arrondissement. Pour faire rayonner ses actions et pour offrir un nouveau visage à cette situation, l’association vous invite à participer le dimanche 18 décembre à une exposition unique et festive au travers des yeux des réfugiés.

Pour mettre en lumière le quotidien précaire et toute l’humanité de ces personnes se battant pour l’asile, l’association a choisi de  munir d’une trentaine d’appareils photo jetables des réfugiés volontaires dans les camps de Stalingrad ainsi que dans différents centres d’hébergements. Et c’est au bout de quelques semaines que les appareils ont été récupérés et les pellicules développées, afin de proposer autour d’une exposition brute le plus grand nombre de clichés auxquels s’ajouteront pour compléter cette exposition singulière, les photos prises par des migrants Saharaouis dans un camp bordelais.

Evénement solidaire, l’entrée est participative et vous pourrez aussi bien vous détendre dans l’un des espaces dédiés aux jeux de rôles et de société, qu’en parcourant les différents stands de bijoux afghans ou de free shop. Le  brunch y sera servi aux saveurs de Rustam Khairkhwa chef migrant et de son équipe, sur l’un des différents live proposés dès midi. L’occasion aussi de se familiariser avec la technique du café suspendu, qui consiste à offrir une boisson à un migrant qui pourra venir la déguster un peu plus tard.

Souvent diabolisés par les médias, le but premier de cette initiative au grand coeur est avant tout de rendre la parole à ses principaux acteurs. Permettant ainsi de livrer un témoignage fidèle de leurs vies au travers de différents clichés sincères et authentiques, tout en laissant opérer la magie de leur créativité, de leurs discours et parfois même de leurs rêves.

L’exposition, en plus d’avoir un impact social fort dans le changement de regard sur les migrants, reversera tous les bénéfices récoltés à cette nouvelle association, BAAM, qui lutte avant tout pour un meilleur accueil des réfugiés, des demandeurs d’asile et des sans papiers afin qu’ils soient respectés dans leurs droits, leur dignité et leur humanité.

Dimanche 18 décembre de midi à 23h

Le Riviera 

2, villa Gaudelet, 75011 Paris