Secret bien gardé des gourmets parisiens sans frontières, Godjo est devenu au fil du temps une référence de la cuisine éthiopienne à Paris. Au coeur du quartier latin, c’est la curiosité qui nous pousse à sortir des sentiers battus pour découvrir et explorer l’une des plus belles richesses de la cuisine africaine le temps d’un repas culturel dépaysant.  

Ce restaurant à la devanture modeste et colorée nous interpelle depuis la rue et renforce notre volonté de pénétrer au coeur du Godjo. Ce n’est pas un hasard si le lieu évoque par son nom la plus humble des demeures : celle du fermier. Car ici tout est modeste, de la décoration jusqu’au sourire de Yonas, qui veille chaleureusement sur sa clientèle tous les jours de midi à 2h du matin.

Au Godjo c’est près de vingt ans de gastronomie éthiopienne qui sont mises à l’honneur. Culture, croyances et diversité se côtoient dans les plats afin de faire naitre une préparation raffinée et subtile, qui nous pousse hors de nos habitudes culinaires. Ici, inutile de chercher votre assiette, car une fois installé c’est un messob qui est déposé face à vous. Traditionnellement, le messob fait office de table en paille permettant d’y déposer les mets afin qu’ils puissent y être partager en commun. Et la dimension culturelle de cette cuisine demande que l’on présente tous les aliments uniquement de cette manière. Car au Godjo comme en Ethiopie, on mange avec les doigts et on partage les saveurs avec nos acolytes du moment. Cette pratique culturelle porte en elle une véritable dimension sociale, puisqu’elle a pour but de créer un lien d’amitié sincère avec ceux qui partagent ce moment.

Novices et curieux à la rédaction, on se laisse donc tenter par un Ye Feseg (pour 19 euros) qui consiste en une préparation des plats traditionnels éthiopiens ainsi qu’un Ye tsome plat typiquement végétarien (compter 16 euros). Déposé sur le messob, les plats sont accompagnés de l’injera, une sorte de galette levée à base de teff (farine de céréales éthiopienne) et qui fait alors office de couvert et de récipient. Car oui en Ethiopie, l’assiette et les couverts se mangent ! La variété des saveurs y est surprenante. Les plats nous permettent ainsi de découvrir des mélanges à base de nombreux légumes et féculents accompagnés d’agneau, de boeuf et de poulet.

Quand l’Ethiopie te sert à manger… Elle te sert à manger !

Une photo publiée par Hicham Tahir (@hichamtahir) le

Mais amis curieux prenez notre sympathique conseil au sérieux : même si vous êtes de véritables intrépides pensez à préciser la quantité de piment que tolère votre vaillant petit corps, car la cuisine éthiopienne peut s’avérer bien relevée et ce serait dommage de vous enflammer comme un soleil dès le début du repas !

Les quantités y sont généreuses et on ressort repu et enrichi par ce repas à la dimension culturelle saisissante. En somme le Godjo est une cuisine authentique, chaleureuse et un véritable moment de partage.

C’est la raison pour laquelle on a décidé d’illustrer cet article par les photos instagram partagées par les clients du lieu. 

1957644_10152660475789354_2881109370539327862_o