Le Mexique débarque en force dans notre petit territoire parisien depuis mercredi. Après le lancement de l’exposition MEXIQUE 1900-1950 au Grand Palais dans la journée, le soir faisait quant à lui la part belle au cinéma contemporain avec la soirée d’ouverture du festival Viva Mexico au Luminor Hôtel de Ville jusqu’au 11 octobre prochain. A l’occasion de cette soirée était diffusé le film La Delgada Línea Amarilla de Celso Garcia.

Cinq hommes sont embauchés pour peindre le marquage au sol d’une route reliant deux villages mexicains. Cinq solitaires qui s’unissent dans le but de gagner quelques pesos. À bord d’une vieille camionnette, sur plus de deux cents kilomètres d’asphalte et de peinture jaune, ils entament ce travail qu’ils doivent effectuer en moins de quinze jours.

La Delgada Linea Amarilla de

La Delgada Linea Amarilla de Celso Garcia

En dressant le portrait de ces cinq hommes en quête, que ce soit d’un enfant perdu, de redemption ou d’argent, le réalisateur touche le spectateur directement au coeur dans ce road-movie particulier. Jouant avec talent entre la comédie et le drame, il installe son récit avec douceur et prend le temps de construire ses personnages à l’image de Toño, un être dur, ayant perdu goût à la vie, incarné à la perfection par l’acteur Damián Alcázar.

Le lien que ce dernier va créer avec cette famille improvisée pour quelques jours changera le cours de son histoire. A raison appelé La Delgada Línea Amarilla, (en français, La Fine Ligne Jaune), le long-métrage offre une allégorie poignante sur la route qu’on aime se tracer et les chemins qu’on empreinte parfois, pour le meilleur et pour le pire.

Car il nous arrive tous un jour de perdre nos repères et qu’il n’est pas rare de les retrouver  auprès de ceux qu’on rencontre, ceux qui nous bousculent, nous dérangent et remettent nos sentiments, nos vies et nos habitudes en question.

En ouvrant sur ce film, la 4ème édition de ce festival prouve qu’elle compte aussi bien mettre en valeur ce que le cinéma mexicain a de plus tendre que de plus dur. Un bel hommage à ce cinéma qu’on aimerait voir plus souvent programmé dans nos salles et une jolie façon de présenter la ligne directrice du festival (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots. )

[hr gap= »30″]

Retrouvez toutes les informations sur le festival Viva Mexico

http://www.viva-mexico-cinema.org/

[hr gap= »30″]