C’est dans le hall de l’Hôtel Paradis que nous avons fait la connaissance d’Evangeline. Cette jeune australienne de 21 ans qui cartonne actuellement sur les ondes françaises et dans de nombreux autres pays avec son titre  My Kingdom , remixé par William Black.

Rencontre avec une artiste pleine d’énergie, positive et qui profite du moment présent.

C’est la première fois que tu viens à Paris ?

Non mais c’est tout comme. Je suis venue lorsque j’étais enfant et on est resté seulement trois jours, donc je ne m’en souviens pas vraiment.  C’est la première fois que je peux apprécier la ville… Même si c’est à travers une vitre de voiture du studio à l’hôtel (rires). Je trouve que Paris est vraiment facile à aimer, tu as juste à descendre dans la rue, tourner la tête et tu tombes forcément sur une architecture incroyable. La culture est tellement cool ici.

Tu vas tout de même prendre le temps de visiter  ?

Oui, j’ai bientôt un jour off ! Je pense que je vais aller visiter la Tour Effeil. En réalité c’est moi qui aime charger mon emploi du temps. On me demande souvent si je désire prendre un jour pour juste me reposer, visiter, mais je finis toujours par dire « non » parce que je n’ai pas l’impression de travailler, tout ce que je fais en ce moment ressemble plus à un rêve devenu réalité.

When the suns greyish glare is just toooooo real

Une photo publiée par ⠀⠀⠀⠀⠀Evangeline Music Official (@evangelinemusic) le

D’où viens tu en Australie ?

Je viens de Melbourne, c’est une super ville où le temps est un peu bizarre. Tu peux avoir un soleil magnifique le matin et de l’orage quelques heures plus tard.  Mais ce que j’aime par dessus tout c’est son multi-culturalisme, là-bas, qui que tu sois, tu te sens chez toi. J’adore !

Comment as tu commencé à faire de la musique ?

Je me souviens que lorsque j’avais cinq ou six ans, j’étais devant la télé et j’ai dit à mes parents : « Je veux être danseuse actrice et chanteuse ! » . J’avais envie de tout faire. Donc j’ai commencé à jouer du piano, à faire des petits concerts. Au lycée j’étudiais le paramédicale et ça ne me plaisait absolument pas. Je n’étais pas à ma place et j’avais l’impression que l’école n’était pas vraiment faite pour moi. J’ai toujours préféré l’apprentissage par l’expérience. Donc en même temps que les cours, je continuais à faire des concerts le week-end et un jour, je jouais dans un petit festival en campagne et mon père s’est tourné vers moi en me disant « Mais pourquoi tu ne ferais pas de la musique à plein temps ? » . C’est que j’ai fait ! 

C’est plutôt inattendu d’entendre ça de la bouche d’un parent !

J’ai une famille qui me supporte beaucoup. Je suis chanceuse de les avoir. Pour eux, je suis jeune donc je peux encore faire des erreurs, revenir à l’école si j’en ai envie. Ils me disent toujours « Fais ce qui te rend heureuse. Et si tu es bonne dans ce que tu fais, tu réussiras. Et si ça ne marche pas, tu trouveras  autre chose ! ». J’ai conscience que beaucoup de parents ne sont pas comme ça.

Ils sont fiers aujourd’hui ?

Oui, à 100% . Ils m’appellent chaque jour pour que je leur raconte mon aventure. C’est tellement étrange de voir à quelle vitesse tout est allé.  J’ai simplement sorti deux chansons et je suis là aujourd’hui ! C’est drôle parce que rien ne te prépare au côté professionnel de la musique. Tu peux étudier ça autant que tu veux, tu n’es jamais totalement préparée à tout ça. C’est complètement fou. Mais chaque jour est incroyable et j’apprécie vraiment tous les moments.

Sharing my love of pizza with my number 1 papa🍺🍕

Une photo publiée par ⠀⠀⠀⠀⠀Evangeline Music Official (@evangelinemusic) le

Tu sembles plein d’énergie, tu es souriante pourtant j’ai lu quelque part que tu adorais surtout écrire des chansons tristes. C’est paradoxal !

Je sais, personne ne comprend vraiment. Je dois juste être bizarre! (rires) Plus sérieusement,  même si je suis quelqu’un de positif, je suis très émotive. Quand tu écoutes une chanson triste, cela peut parfois avoir un réel impact sur toi. Tu as l’impression que quelqu’un a mis des mots sur ta tristesse, que tu n’es pas le ou la seul(e) à ressentir ses émotions, cela fait du bien même si la chanson est triste. La musique est un langage universel, donc lorsque tu entends un son et qu’il te touche, c’est comme si tu te sentais moins seul dans le monde.

Te souviens-tu du jour où William Black t’a proposé de faire un remix de « My Kingdom » ?

En réalité, William et moi nous nous suivons sur Soundcloud depuis un petit moment et un jour il est juste venu me demander s’il pouvait utilisé ma chanson pour en faire un remix. J’ai dit oui immédiatement et ça s’est fait aussi simplement.   Il l’a posté sur un blog important et à partir de ce moment là j’ai vu le nombre d’écoutes monter en flèches. Je me souviens que je rafraichissais la page toutes les dix minutes et je répondais à tous les commentaires (rires) . A l’époque je faisais un boulot de vendeuse vraiment nul donc ce remix à tout changer et ce qu’à fait William sur cette chanson est génial.

evie_007-photo-credit-michelle-huynh

©Credit Michelle Huynh

Tu réponds  toujours aux commentaires depuis ?

A vrai dire, oui. J’aime bien ça. Si je n’écris pas en retour je ne trouve pas ça cool de ma part. Sincèrement si quelqu’un apprécie ma musique et qu’il met assez d’énergie pour commenter, il mérite une réponse ! Donc je continuerai à faire ça aussi longtemps que possible pour les remercier ! De toute façon je remercie toujours tout le monde ! Aussi bien la presse qui me permet de m’exprimer, Polydor qui me permet de sortir ma chanson ou bien les gens qui l’écoutent et la diffusent.

Ça te prendrait quand même beaucoup de temps si tu devais remercier chaque personne qui t’écoute !

Oui c’est vrai ! A partir d’aujourd’hui je vais descendre dans la rue et dire merci à tout le monde dès que j’entendrai la chanson à la radio. Je ferai peut-être un petit discours comme aux Oscar avec quelques larmes ! (rires)

Quels sont tes projets désormais ?

Continuer à écrire et profiter de tout ce qui m’arrive. J’écris assez vite, c’est comme une drogue, donc j’ai hâte de faire entendre tout ça aux gens !  Et je vais essayer de mettre autant de chansons joyeuses que tristes dans mon album pour qu’il ne soit pas trop dépressif, promis ! (rires)

[hr gap= »30″]

Suivre Evangeline sur les réseaux 

Facebook

Twitter 

[hr gap= »30″]

English version in the next page. 

1 2