La liberté est partout, à chacun de la saisir, de s’en emparer, de se laisser bercer par elle. Encore plus lorsqu’elle est musicale, dansant avec élégance à travers l’art noble du jazz que nous propose l’incroyable artiste Guillaume Perret avec son nouvel album solo, « Free » sorti sur le label Kakoum Records. 

A l’âge de six ans, Guillaume Perret débute la musique, il étudie le classique, le jazz puis, enfin diplômé, enseigne le saxophone et l’improvisation au tout début des années 2000. Puis c’est sur le devant de la scène que se jouera la suite notamment avec le projet Guillaume Perret & The Electric Epic fondé en 2009.

Aujourd’hui c’est seul que nous revient ce saxophoniste au talent monstrueux. Il y a dans la musique de ce compositeur beaucoup de jazz, certes, mais composé avec une élégance et  une originalité hors du commun.  Ses créations ne sont pas délimitées, classées, elles voyagent et expérimentent, elles sont libres. A l’image de ce nouvel album de douze titres.

Lorsqu’on glisse l’album « Free » dans notre lecteur, c’est une expérience musicale qui se met en route à la découverte des recherches d’un saxophoniste fou, mélangeant le rock avec une parfaite harmonie dans « Birth of Aphrodite » qui fait vrombrir  la guitare électrique avec délice ou encore « Heavy Dance » offrant une ambiance plus lourde, plus métal.

Ici l’hybridité fait loi, elle prend parfois les traits de l’électronique ou même de la douceur latine avec le morceau ensoleillé En Good, mais toujours avec virtuosité et talent. Guillaume Perret apporte un regards frais et agréable sur le jazz et la musique en général, offrant aussi bien aux plus novices qu’aux habitués, une belle leçon de musique.

On vous conseille donc vivement de vous lancer. L’expérience n’en sera que bonne, croyez nous. Et pour ceux qui voudront la vivre en live, on vous donne rendez vous le 17 novembre pour son concert au Café de la Danse, dont voici un avant goût.