Mickael Bacher est un passionné de musique, tandis que Pierre Guardiola possède depuis toujours un faible pour la cuisine et le bar. Amis d’enfance, ils ont aujourd’hui monté leur propre société L’Orchestre qui propose des prestations alliant mixologie, créations sonores, et visuelles auprès des particuliers comme des entreprises. L’occasion pour nous de parler cocktail et entreprenariat dans une même interview. 

12994334_244683315881342_5881409530519348440_n

Comment est ce que vous vous êtes rencontrés ? 

Pierre: On s’est rencontré en classe de CP à la Rochelle, Mickael arrivait de Drancy. On s’est suivi de très nombreuses années jusqu’à ce qu’on monte tous les deux à Paris il y a plus de cinq ans pour nos études.

Mickael: Professionnellement à la Rochelle il n’y a vraiment pas grand chose. C’est une ville géniale, mais en dehors des mois d’été c’est compliqué d’y faire son trou. Donc on avait envie de voir ailleurs, de vivre dans une grande ville.

Parlez moi un peu de L’Orchestre ? 

Mickael: C’est une société qui intervient dans les évènements professionnels et particuliers pour offrir du son et du goût. C’est un mélange de mixologie et de musique !

Pierre: On travaille avec le client pour que tout s’allie avec son évènement. La couleur du cocktail, ses ingrédients, la musique… On débarque avec notre bar mobile et modulable qu’on a construit, les platines, la scène et on s’occupe de faire passer aux gens un bon moment !

©Charlotte Lindet

©Charlotte Lindet

Comment l’idée vous est-elle venue? 

Mickael : Pierre faisait pas mal de cuisine et de préparation tandis que j’étais plus branché musique.  Puis un jour on s’est retrouvé à travailler  ensemble au CAFE de la PRESSE à Paris, Pierre en tant que responsable de bar et moi comme ingénieur du son.

Pierre: Ça nous a permis de nous poser quelques questions. On était prêt à bosser énormément, s’investir à fond dans un projet alors que cela ne nous rapportait pas grand chose. Donc on s’est dit « quitte à bosser comme des fous, autant le faire pour nous ! »

Mickael: On a décidé de mettre nos deux passions en commun, la musique et la mixologie  pour proposer une alternative innovante aux prestations déjà existantes pour les évènements, loin du traiteur classique avec son costard cravate et sa queue-de-pie. (rires) Les gens payent des fortunes pour simplement avoir quelqu’un qui sert des coupes de champagne tout en priant pour que la soirée se finisse vite.

Pierre:  On avait envie de faire les choses autrement, de proposer du haut de gamme sans forcément le côté classique. On veut que les gens s’amusent, se sentent bien et que le cocktail et la musique soient en adéquation avec l’évènement. C’est pour ça qu’on travaille toujours en amont avec les organisateurs pour comprendre leurs objectifs et leurs envies !

orchestre

Quel est le cocktail qu’on vous demande le plus souvent sur les évènements? 

Pierre: Certains clients ont des demandes très précises, d’autres s’en moquent. Les clients ont parfois peur que les gens qui viennent à leur évènement n’apprécient pas une trop grande originalité dans les cocktails, donc ils nous demandent les classiques comme le Mojito. Dans ce cas là, on propose de revisiter légèrement la recette pour faire découvrir de nouvelles saveurs sans trop bouleverser les habitudes. On va par exemple remplacer la menthe par du basilic ou y  ajouter un peu de purée de fruits rouges pour lui donner une touche d’originalité.

Mickael :  Tout dépend des prestations. Les demandes varient aussi selon  l’âge des personnes présentes ou le type d’évènements. On a fait une soirée dont le thème était  le « pop-art » donc on a proposé des cocktails très gourmands, très visuels avec des couleurs vives pour coller à l’univers choisi.

orchestre-3200

Et vous quel est celui que vous préférez ? 

Pierre: Je t’avoue que je n’en ai pas. Je me lasse toujours d’un cocktail au bout d’un moment, j’ai besoin de changer, d’avoir d’autres goûts en bouche. Mais en ce moment, il y a un cocktail qui marche bien et qui est très bon. On le fait à base de purée de mangue, de sirop de vanille bourbon et de safran.

Mickael: Personnellement, j’aime beaucoup celui à la verveine. 

A la verveine ? Je parlais des cocktails !

Mickael: (Rires) Mais c’est un vrai cocktail qu’on propose ! On fait une infusion dans une grosse casserole avec des feuilles de verveine, on filtre et on y ajoute du gin, de la vodka, du citron pressé et de la pêche. La verveine crée une légère amertume qui se marie très bien avec le gin.

Pierre: Ça plait à beaucoup de monde mais bizarrement un peu plus aux séniors. On nous a dit plusieurs fois que ça rappelait la tisane qu’on prend avant d’aller dormir car on ne sent pas forcément l’alcool.

Mickael: Et ça marche d’ailleurs tout aussi bien contre les insomnies ! (rires)

Et comment arrive-t-on à tester et créer autant de recettes de cocktails sans finir un peu bourré  tous les jours? 

Pierre: On travaille avec précision, parfois ça tient à 0,5ml de citron, donc on tâtonne, on fait plusieurs tentatives jusqu’à trouver le bon dosage, le juste équilibre et les bonnes couleurs. Pour ça on utilise des petites pipettes de 2 ou 3 ml qui nous permettent de goûter et d’avoir juste les saveurs sans devoir prendre des gorgées entières. Sinon on finirait vite bourré. On essaye aussi de ne pas avoir à faire quinze créations dans la même journée.

orchestrexcosmoparis-9300-copie

©L’Orchestre

Quel est pour vous les plus gros avantages à monter sa propre société ? 

Pierre: La liberté. Ne pas avoir de supérieurs, pouvoir prendre ses propres décisions et  se lever le matin en étant à fond dans son projet.

Mickael: Au début tu te prends la tête, tu ne sais pas ce qui viendra en fin de mois mais lorsque tu commences à voir les premiers résultats, c’est un grand cadeau !

Un conseil pour ceux qui se lancent ? 

Pierre: Ne vous lancez pas on ne veux pas de concurrents ! (rires)

Micka: Ne pas penser qu’être patron signifie gagner directement 5000 euros par mois. C’est sur le long terme qu’il faut travailler sans relâche. On est passé par beaucoup de phases, on a fait une cagnotte Kisskissbankbank, une levée de fond, on est toujours resté motivé car on met de l’amour dans le projet !

Pierre: Bien s’entourer est également primordial. Même si tu dois être multi-tâche, lorsque tu te lances tu ne pourras jamais posséder toutes les casquettes. Tu ne peux pas être graphiste, avocat et commercial à la fois. Donc il faut savoir faire confiance aux gens malgré les déceptions qui peuvent arriver.

Culture Sauvage pour L’Orchestre ?

Quelque chose de paradoxal entre la culture très structurée et le côté sauvage, qui part dans tous les sens.

orchestrexcosmoparis-9010-copie

[hr gap= »30″]

Retrouvez L’Orchestre sur Instagram 

[hr gap= »30″]