Ils ont la vingtaine et se sont lancés depuis peu dans l’entreprenariat avec TicTacTrip, un comparateur de voyage 2.0, qui s’adresse à tous et pour tous les prix.  Rencontre avec Hugo et Simon, les fondateurs. 

Qu’est ce que TicTacTrip ? 

Hugo : C’est avant tout un comparateur de billets de bus. Aujourd’hui tu as de nombreux comparateurs qui existent et qui comparent simplement des tickets de différentes compagnies de façon bête et méchante. Avec TicTacTrip on a souhaité ouvrir un comparateur qui permettait à chacun de pouvoir voyager en bus selon tous les prix. On ne recherche pas seulement les bus directs, on peut proposer des trajets 50€ moins cher, juste parce qu’il y a une escale. On propose des offres variées qui correspondent à chaque besoin de nos utilisateurs.

Simon: On souhaite vraiment developper cette personnalisation à long terme et pousser les gens à aller découvrir des lieux,  leur proposer de faire des étapes non seulement susceptibles de leur plaire mais qui permettront aussi à leur trajet d’ être moins couteux .

Pourquoi avoir choisi le bus comme moyen de transport ? 

Hugo : Au tout départ, on voulait faire de TicTacTrip  une plateforme où il était possible de tout faire. Choisir n’importe quel transport et pouvoir réserver des hébergements sur place. Mais on s’est très vite rendu compte que ce n’était pas si simple que ça. Déjà le multi-modal n’est  pas ce qui fonctionne le plus et proposer de l’hébergement et du booking demande une licence qui coûte très chère. Donc on s’est penché sur la question et on s’est aperçu que le marché du bus en France est en train d’exploser. C’est un secteur qui se développe de plus en plus, et la France rattrape son retard sur d’autres pays.

Simon : Le souci c’est que beaucoup de gens ont envie de prendre le bus pour voyager, car plus économique, mais ne connaissent que deux ou trois compagnies, ils ne voient pas l’étendu de l’offre qui s’offre à eux. D’où la nécessité d’un comparateur qui prend en compte de très nombreuses compagnies et pas seulement les plus grandes de France et d’Europe.

Hugo: Après, l’idée nous est venue car on a beaucoup voyagé et expérimenté les trajets en bus et qu’à chaque fois, on avait du mal à trouver tous les tarifs et propositions à un seul endroit sur Internet.

13450303_935302653249071_6461903331190904439_n

Vous avez de beaux souvenirs en bus ?

Simon :  Oui. J’ai voyagé pendant une dizaine de jours en Chine et je ne me déplaçais qu’en bus ! Les paysages étaient magiques et les bus étaient vraiment biens !

Hugo : Lorsque j’ai voyagé de Mexico à Acapulco, notre bus était tombé en panne. Donc le temps qu’il soit réparé on est sorti avec mes potes et on s’est retrouvé nez à nez avec des ocelots, une race très rare qui ressemble à des petits jaguars. J’adore les animaux et c’était dingue de les croiser !

Pas de mauvais ? 

Simon : Non. Après il y a des trajets plus longs et ennuyeux que d’autres mais c’est comme avec n’importe quel transport.

Hugo :  Moi oui ! J’étais au Cambodge et on avait huit heures de bus  à faire et lorsqu’on est monté dedans, on s’est aperçu que les couchettes étaient en acier et que tu ne pouvais même pas te redresser une fois dessus ! Et pendant le voyage, j’avais décidé d’aller aux toilettes et en ouvrant la porte, il y a avait un porc laqué entier en train de sécher à l’intérieur ! (Rires) Du coup toute l’odeur s’est échappée et on a passé huit heures sur de l’acier avec une belle odeur de cochon. Inoubliable.

Comment savez-vous que les compagnies de bus que vous proposez ne sont pas comme ça ? 

Simon : Le problème c’est qu’on  ne pourra jamais savoir si un porc laqué se cache dans les toilettes ! (Rires) Plus sérieusement, on avertit toujours nos utilisateurs de la réputation d’une compagnie et des retours qui ont été fait sur celle-ci.  Après notre but est de proposer toutes les sortes de trajets et c’est ensuite à l’utilisateur de filtrer pour savoir ce qu’il souhaite ou non.  Certaines personnes prêtent très peu attention au confort car elles préfèrent réduire le prix au minimum, tandis que d’autres préfèrent voyager dans le confort même si cela coûte un peu plus cher.

13239223_914754701970533_1058326544675324837_n

Pour vous quelle est la plus grosse difficulté lorsqu’on se lance dans l’entreprenariat? 

Simon : Personnellement, je dirais l’incertitude. On ne sait jamais à 100 % si le produit va plaire. Tu peux faire des dizaines et des dizaines d’études de marché, il y a toujours un facteur risque, ce qui est normal !

Hugo : On se prend aussi beaucoup de claques. Par exemple,  lorsque tu croises des serial entrepreneur et qu’ils te disent que ton projet est bien mais qu’ils n’en voient pas l’intérêt, ça fait mal ! Donc il faut savoir écouter et prendre les conseils lorsqu’ils sont bons !

Et si vous deviez vous-même en donner  ? 

Simon: S’ouvrir ! Allez échanger, parler de son projet à son entourage pour avoir des idées, des conseils et se remettre en question !  Il faut pouvoir prendre toutes les critiques de façon positive !

Hugo : Tu ne peux pas monter une entreprise tout seul ! Tu dois bien t’entourer et maximiser les compétences. Je me souviens qu’on avait fait un voyage à San Francisco pour rencontrer des entrepreneurs à succès et l’un d’entre eux,  Carlos Diaz, nous a dit une phrase qui résumait bien le métier d’entrepreneur : « Un entrepreneur c’est comme une personne qui ne peut rien voir dans un immeuble en feu. Pour réussir à s’en sortir il doit tâtonner et se brûler de tous les côtés afin de trouver la bonne porte  ! ». On a beaucoup appris de ce monsieur.

Simon : Au final, ça montre qu’il faut être résiliant, te prendre des baffes mais te relever, croire en ton projet tout en sachant te remettre en question.

Culture Sauvage pour TicTacTrip ? 

Simon : Léopard.

Hugo : Amazonie.

[hr gap= »30″]

Préparez votre voyage en bus avec TicTacTrip dès maintenant : 

https://www.tictactrip.eu

[hr gap= »30″]