« L’ironie romantique » rassemble, jusqu’au 1er aout 2016 au Centre Pompidou, plus de 230 des 10.000 oeuvres du peintre. C’est la première rétrospective consacrée à Paul Klee depuis 40 ans. Les toiles proviennent du Zantrum Paul Klee et des plus grandes collections internationales.

Paul Klee, peintre allemand, né à Berne en 1879, exilé en Suisse suite à la montée du nazisme, reçoit la nationalité suisse quelques jours après sa mort en 1940.

Toujours avec second degré, Klee peint des caricatures, des toiles inspirées du cubisme, du constructivisme, de l’abstrait, du surréalisme, du Bahaus. Vous l’aurez compris, Klee est un peintre libre. Artiste majeur de l’art pictural, Il s’approprie toutes les techniques de ses contemporains, les bouleverse avec classe et crée ainsi son propre style, son propre art, de sorte à dénoncer les problèmes de la société.

« Je sers la beauté en peignant ses ennemis ».

Paul klee pompidou

Pour Klee, l’art existe pour montrer autre chose de la société, l’invisible, pour l’élever. Il le fait avec humour et brutalité.

« Nul besoin d’ironiser à mes dépens, je m’en charge ».

Né dans une famille de musicien, il a longtemps hésité entre une carrière de violoniste et de peintre. Son déclic à lieu lors de son voyage en Tunisie. On ne fuit pas son destin, on le transforme. Il s’inspire alors du mouvement de l’archer, de la baguette du chef d’orchestre pour diriger son pinceau sur sa toile. Ses symphonies, ses harmonies colorées sont d’une poésie et d’une douceur inégalable. Très attaché au rythme des couleurs et des formes, il peint ses merveilleuses mosaïques colorées que nous lui connaissons si bien.

« La couleur me possède. Point besoin de chercher à la saisir. Elle me possède, je le sais. Voilà le sens du moment heureux: la couleur et moi sommes un. Je suis peintre. »

Paul Klee

Mais Klee ce n’est pas seulement ça. Klee c’est bien plus que ça.L’exposition est divisée en 7 parties ce qui permet de mettre en valeur son évolution et celle de son art, de mieux comprendre l’artiste qu’il était, l’humain qu’il fut.

Les caricatures qu’il peint au début de sa carrière mettent en valeur l’enfance qui pourrait le caractériser, la fausse naïveté et ce regard si perspicace sur la société qui l’entourait. Klee a peint jusqu’à ses derniers jours. La dernière partie de son oeuvre composée de près de 1200 oeuvres est marquée par la maladie dont il était atteint et la montée du nazisme. Ses traits sont plus durs, plus brutes, moins doux. Ses toiles transpirent une certaine tristesse, une certaine nostalgie.

Mais Klee reste une figure majeur de l’art de la première moitié du XXème siècle. Il fait dorénavant partie de notre imaginaire collectif.

Paul Klee à Pompidou, l’événement de l’été à ne pas manquer.

[hr gap= »10″]

Plus d’infos sur 

https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c7ykARE/rpXa5A4

[hr gap= »10″]