« On est loin de se douter qu’on en est déjà là, entamés plus qu’à moitié, tout ça pourquoi ? »

Quand le cycle de la vie se raconte avec émotions, on trouve, le nouvel et bel album d’Alex Beaupain. Oui, nous pouvons vous le confirmer, il est tout à fait possible d’écrire une forme de mélancolie pop. Rien n’est antinomique.

Entre l’avant et l’après, nous sommes là, ici et maintenant.

Sans aucune forme d’amnésie, nous aimons écouter ses mots car ses mots sont aussi les nôtres. Une  forme de contemplation juste, qui effleure la nostalgie. Un artiste émouvant qui refuse la notion du temps qui passe. Des temps de vie mis bout à bout qui aboutissent à une réflexion singulière qui nous ressemble.

Un nouvel opus original qui résulte de riches collaborations musicales avec de talentueux auteurs, compositeurs, musiciens tels que Julien Clerc, Vincent Delerm, La Grande Sophie, Valentine Duteil ou Victor Paimblanc.

Des chansons où tout est évoqué humblement : l’enfance, les parents, l’adolescence,  Besançon, la montagne, la vie d’adulte, les deuils, la maladie, les relations humaines, la vieillesse, les amours, ceux qui restent, ceux qui partent, ceux que l’on oublie et ceux que l’on ne peut pas délaisser.

La chronologie se dessine dans l’ombre des mots, discrètement parsemée avec pudeur et réalisme.

Rien n’est acquis mais rien n’est perdu lorsqu’on se souvient. Refaire vivre ses histoires  avec des mots mis en musique pour leur donner un sens.

Le sens qui en découle est propre à chacun mais, quand la narration semble très personnelle le paradoxe est lié au simple fait, que ces histoires et ces ressentis peuvent parler à tout le monde.

Le moi deviens alors nous. Nous nous sommes tous demandés à un moment dans notre vie : « Dans quel sens, faut-il tourner dans ta bouche ma langue ? » et nous sommes tous à présent beaucoup moins près du sol.

S’approprier des périodes de l’existence, en faire des tableaux, arriver à les fixer dans nos esprits pour mieux les consolider.

Une image mise en mots pour décrire cet album : « Avancer à contre courant ». 

La musique, les textes détiennent ce pouvoir magique d’oser contempler par la fenêtre des instants plus ou moins figés. Décrire des émotions, des émois et des sensations, Alex Beaupain, le fait avec empathie et élégance. « Loin » on aime de près.