Une rencontre hasardeuse entre deux êtres que tout oppose. Rémi est infirmier, Damien lui est comédien. Leur point commun ? La laverie dans laquelle ils se rendent quotidiennement, et puis Marie la petite amie de Rémi et ex-copine de Damien.

Toute l’intrigue se passe à huit-clos, dans cette petite laverie de quartier on assiste à la naissance de l’amitié entre ces deux inconnus à force de se rencontrer dans cet endroit à priori ennuyeux. Chaque soir ils se donnent rendez-vous pour discuter entre deux chaussettes sales. Vous n’imaginez même pas tout ce qui peut se dire, et se révéler dans une laverie.

12

Crédits Photos : Pierre Noirault

Dans un décor simple mais explicite, les deux comédiens vont enchaîner les sketchs aussi hilarant qu’émouvant, comme un shortcom à la télévision. Et même si tout commence par une comédie et des rires, l’émotion et la tendresse ne sont pas en reste, car cette pièce fait avant tout réfléchir sur les rapports humains et sur la maigre barrière entre l’amitié et l’amour.

Malgré une fin qui flirte avec le « unhappy-end », la comédie est aussi drôle que touchante. N’oubliez-pas votre dose de lessive offerte en sortant.

[hr gap= »10″]

Soixante degrés

Jusqu’au 28 mars au théâtre de la Contrescarpe

5 Rue Blainville, 75005 Paris

Auteur : Jean Franco, Jérôme Paza
Artistes : Frédéric Valentin, Fabrice Pannetier
Metteur en scène : Florence Fakhimi

AFFICHE PROLONGATIONS

[hr gap= »10″]

Contributrice : Chloé L