On se souviendra de l’OPA Bastille, ses entrées payantes, la sensation étriquée qui nous prenait dans un espace paradoxalement grand où l’on ne manquait pas de butter sur des tabourets en cuir, la séparation ségrégative de l’ambiances concert en bas avec une acoustique lunatique, et un coin détente à l’étage comme coupé du reste du bar. On regrettera uniquement le (bon) goût salace des tickets boissons pornos pour les artistes : « ass » de cœur qui font palpiter les souvenirs en demi teintes.

Née de la reprise de l’OPA par une nouvelle équipe qui a ressenti l’urgence d’enterrer l’ancien patronyme en jetant dans la tombe une réputation bancale pour mieux se refaire une virginité, le Supersonic veut aller vite.

Il ne reste pas de point commun géographique de ce que l’on pouvait connaître de l’OPA : l’effet du switch de disposition entre l’ancien bar et la scène permet plus de visibilité sur les groupes, et une acoustique cette fois optimale pour un espace méconnaissable qui gagne en charme. Les travaux ont sublimé son esthétique post-industrielle, rappelant les décors de loft new-yorkais dans un espace propice à la déambulation tout en gardant une cohérence.

© Photopro.Event

© Photopro.Event

Fumoir et food truck à l’étage duquel on peut observer les groupes, les ingrédients sont réunis pour contenter les masticateurs en tout genre. Avec une politique d’entrées gratuites qui mise tout sur son ambiance « simple et conviviale » (ainsi que la carte de boisson de cocktails et bières artisanales) : « du passé faisons table rase » semble vouloir chantonner la nouvelle direction. Et l’on se demande justement si ce n’est pas directement l’International, ou bien Le Pop Up du Label, que cherche à égaler l’équipe qui veut synthétiser le bar en salle de concert et club à la fois.

Avec Aurélien Jobard à la programmation, créateur de l’association Jaam Sono qui organisait les concerts au Buzz de Belleville et quelques soirées à Petit Bain, quelques dates voient déjà les choses en grand : Lenparrot, Loukoko, Cliché, Télédétente 666, VKNG, Omar Dibongo…

La découverte comme étendard, le Supersonic offre une carte blanche aux labels indépendants de la scène parisienne, tous les mercredis soirs. Comme autrefois au Buzz, les dimanches sont consacrés à des hommages de groupes amateurs aux mythes du rock (Tribute à David Bowie, Nirvana, Artic Monkeys…).

Autour d’une programmation indie rock, pop, folk et electro, le Supersonic ne cache pas son ambition de devenir le plus rapidement possible le lieu privilégié de scènes émergentes, dans l’intimité d’un décor simple et convivial avec une jauge de 250 personnes. La piste semble en tout cas dégagée pour le décollage.

© Photopro.Event

© Photopro.Event

[hr gap= »10″]

9 rue Biscornet, 72012 Paris

Ouverture du mardi au dimanche à partir de 18h30 et le week-end jusqu’à 6h.

[hr gap= »10″]