Dans le cadre d’un projet lancé par Anne Hidalgo, la culture de proximité est emmenée à se developer dans toute la Capitale. La Grange aux Belles, un quartier populaire du 10 ème arrondissement de Paris, fait partie des premiers centres créés il y a 20 ans, sous l’initiative de Jacques Chirac avant que ce dernier ne devienne Président. Nous sommes allés le visiter.

Dans cet arrondissement, il existe près de 4 centres culturels et une scène « la Scène du Canal », sur laquelle se produisent déjà de nombreux artistes émergents. De nombreux festivals et événements y sont également organisés sous l’initiative de l’association ( CRL 10 ) en charge des centres d’animations et des actions culturelles.

La devise « FLUCTUAT NEC MERGITUR » flotte gaiement au dessus de l’entrée du centre.

On y fait de tout et surtout de l’Art. Entre autre, on y danse, on y chante, on y peint. On se cherche, on se développe et on se trouve. Que l’on soit enfant, adulte ou adolescent, ce lieu nous ouvre ses portes et nous offre tout un tas d’activités et de loisirs.

cocy 1

La culture entre et se faufile dans tous les quartiers, tous les endroits et les interstices de la ville des Lumières.

Parmi les événements proposés, des expositions photos suivies ou non de débats y sont organisées. « IMAGE DU REEL » exposée en ce moment et ce jusqu’au 29 janvier, parle de manière originale, de la Capitale.

On parle peu de l’augmentation considérable des sans-abri. Alors, la mairie de Paris en collaboration avec l’association Deuxième Marche a proposé aux élèves des grandes écoles (Louis Lumière, Penninghen, Icare, Les Gobelins) de déambuler dans la ville accompagnés de sans-abri et de prendre en photo le regard qu’ils portent sur la ville.

C’est un Paris plus proche du sol qui nous est montré. Un Paris où la pierre occupe une place prépondérante. Triste comble… Un Paris où les détails de la rue nous sont montrés en gros plans. Comme pour nous dire que ce sont de ces petits riens que les sans-abri se nourrissent, de sourires et de regards. Mais au-delà de tous, nous découvrons un Paris poétique, où, un dessin devient une chambre, un rêve.

Non sans rappeler le travail de l’américain Skid Robot, l’exposition bien que très humble, de par le regard inédit qu’elle propose et pose sur cette ville, ouvre de nouvelles portes de réflexions.

[hr gap= »10″]

La Grange aux Belles

6 rue Boy-Zelensky, 75010 Paris

[hr gap= »10″]