On a mis un peu de temps à l’écouter (un mois ça reste raisonnable !), mais il est arrivé à nos oreilles. « Tu verras c’est un concentré de bonne humeur » nous avait on dit. Alors ni une ni deux, on a mis nos écouteurs à la découverte du nouvel album de Coldplay : « A Head Full Of Dreams ».

C’est d’ailleurs par ce titre éponyme que débute le disque. Dès les premières notes quelque chose d’un peu kitch, brutal mais pas désagréable nous plonge immédiatement dans le rêve coloré du groupe.

Chanson après chanson on est transporté à travers un monde multicolore où chaque son fait l’effet d’un lâché de milliers de ballons jaunes et bleues donnant une légèreté plus qu’agréable à l’ensemble.

Loin de la mélancolie du dernier, cet album est clairement une invitation à la fête. On connaissait d’ailleurs le penchant du quatuor pour la musique de stade. Oui Coldplay fait de la musique de stade, mais soyons franc, Coldplay le fait bien. De Color Spectrum, Kaléidoscope, Fun, Amazing Day, on comprend très vite que tout est ici affaire de positif et de bonheur dans l’unique but de transmettre de bonnes ondes à l’auditeur.

Sans pour autant proposer des sonorités extrêmement nouvelles, les quarante cinq minutes s’écoulent à une vitesse incroyable, laissant le goût sucré propre aux bons moments. Après tout, qui pourrait dire non à 11 titres débordant d’énergie et porté par la voix de Chris Martin?

Au final, «A Head Full Of Dreams » est à l’image de sa pochette. Un rêve coloré dans lequel on se plonge avec plaisir et qui, à défaut de sauver le monde, a le mérite de vouloir le rendre plus heureux.