Retour sur la petite pépite autobiographique de cet été concoctée par Michel Gondry, le réalisateur de l’inoubliable Eternal Sunshine of the Spotless Mind et du plus récent L’écume des jours.

Daniel Guéret alias Microbe, est un adolescent mal dans sa peau, un peu artiste, qui adore dessiner. Théo Leloir, nouveau venu dans sa classe, est très vite surnommé Gasoil, et est un as du bricolage. Les deux enfants, qui ne veulent pas partir en vacances avec leurs parents, créent avec un moteur et quelques planches de bois, ce qui ressemble à une maison sur roues. C’est dans cet étrange véhicule qu’ils décident de sillonner les routes de France…

Microbe serait en fait une représentation de Gondry enfant, souvent confondu comme une fille à cause de ses longs cheveux et de sa silhouette chétive. De ses propres dires, c’est volontairement qu’il se serait laissé pousser la tignasse afin de pouvoir se différencier de ses camarades apparemment tous issus du même moule.

Garçon introverti face à une sexualité naissante mise à mal par une mère ultra protectrice (jouée par une Audrey Tautou partagée entre séances de méditation et dépression chronique).

Microbe est d’ordinaire le type de garçon préférant trainer avec les filles et en particulier une, avec qui il découvre l’ambiguïté d’une amitié aux allures d’amourette à mesure que l’adolescence gagne du terrain sur l’enfance. D’où l’arrivée salvatrice d’une sorte d’ange gardien, et maitre-à-penser auto-proclamé que constitue Gasoil, éternel optimiste, inventeur né, qui a toujours le cœur à embellir un quotidien semé par les embuches familiales (un père et une mère qui le font passer pour le dernier des prostrés, et qui le promettent au même parcours que son grand frère parti pour l’école militaire).

@

@Microbe & Gasoil

A deux, ils unissent leur imaginaire pour se créer un oasis ou les rêves deviennent enfin réalité. Cela se traduit par une sorte de Road-Movie farfelue sur les routes de France à bord de leur voiture-maison, sorte de cocon protecteur pour deux laissés-pour-compte, bien décidés à couper le cordon parental, pour au moins l’espace des grandes vacances. Désillusion de l’enfance lorsque la réalité les rattrape et qu’ils en sont finalement réduit à retrouver le chemin de leurs maisons respectives avec toutes les conséquences que leur fugue comportera.

Si le film doit naturellement beaucoup et comme d’habitude, à l’ingéniosité sans bornes de Michel Gondry pour des décors d’une originalité sans pareille, on doit aussi lui reconnaitre sa capacité à révéler de nouveaux talents, tels que les deux principaux protagonistes : Ange Dargent, dit « Microbe » qui effectue sa première apparition au cinéma, et Théophile Baquet, dit « Gasoil », déjà vu auparavant dans la Nouvelle Guerre des Boutons. Le but recherché était la spontanéité et l’improvisation avec laquelle des enfants, de surcroits débutants, allaient réagir devant la caméra comme ils auraient réagi dans la vie de tous les jours. Cette recherche d’authenticité et de film « fait maison », au parfum artisanal tout en étant encré dans l’air du temps, pourrait recevoir haut la main le label « Produit Made In France de l’année ».

Sortie DVD/Bluray : 17 novembre 2015