Lisa Chevallier est atteinte de normalité, elle n’a jamais été adoptée, n’a pas hérité d’une maladie rare et ses origines franco-françaises ne lui permettent même pas d’être victime de discrimination.

Dans l’intimité du théâtre La Comédie des 3 Bornes situé dans le 11e arrondissement,  elle raconte les anecdotes de sa vie plus que banale dans son premier one woman show « Trop conne trop conne ».

Régi par le Dieu de la blague, son spectacle est placé sous le signe de la déconne. La comédienne met en scène des personnages tout droit sortis de son imagination comme : Laurence la présidente du club des cacaphobes anonymes, et surtout Gwendo la stagiaire, pour qui on a eu un petit coup de coeur. Ces personnages font la dynamique du spectacle, et captent l’attention du public pendant les 60 minutes de show.

Fraichement reconvertie dans le milieu, la comédienne ne se laisse pas destabiliser et réussie parfaitement à jouer et intéragir avec son public. Lisa a beaucoup d’autoderison et lorsque le public ne rit pas, elle propose  même un « doggy vanne »  à emporter chez soi pour décortiquer et comprendre la vanne.

Les hommes, les vacances, ses origines, les sites de rencontre extraconjuguaux, les réseaux sociaux au Moyen-Age et à la Préhistoire, ses sketchs traitent de sujets légers, et ça fait du bien.

Lisa doit la réussite de son spectacle à son naturel et son grain de folie. Humour, chant, danse et déguisements en tout genre, on peut le dire, elle se lache sur scène. On a passé un bon moment et on l’encourage fortement dans sa conquête de l’Olympia !

[hr gap= »10″]

« Trop conne trop conne » à La Comédie des 3 bornes tous les lundis à 21h30.
Ecrit par : Lisa Chevallier

Mise en scène : Jonathan Pujol 

Photo Lisa Chevallier

[hr gap= »10″]

Contributrice : Chloé L