Inspiré par cinq de ses chansons, on a posé nos questions à l’artiste indépendante: Adella. 

Qui es tu ?

Je suis auteure-compositrice-interprète et également ingénieure du son, donc je travaille dans les salles de spectacles et je produis de la musique chez moi, aussi bien mes titres que ceux d’autres artistes.

Tu ne veux pas sortir d’EP dès maintenant ?

Le problème de l’EP c’est qu’il faut sélectionner des titres et je n’y arrive pas du tout. J’ai déjà fait 25 titres qui sont prêts donc pour le moment l’idée est de les sortir un par un avec toujours une construction visuelle et d’en faire des playlists à diffuser.

Justement j’ai écouté l’une des playlists avec 5 morceaux qui m’ont tous fait penser à une question. Prête ? 

Oui.

« C’était L’heure ». Quand t’es tu lancée dans la musique ?

C’est drôle que tu poses la question sur « C’était L’heure » car lorsque j’ai créé cette chanson, le projet n’existait pas, c’était en 2013. C’est une amie comédienne, Katia Doris, qui m’a fait rencontrer une auteure qui avait écrit un texte que j’ai décortiqué et retravaillé pour faire « C’était L’heure ». Je l’ai envoyé à Le Mouv et j’ai eu de bons retours. Ça a été le déclencheur ! Du moins pour la « carrière artistique ».

Ma passion pour la musique a commencé bien plus jeune puisque j’ai débuté par le violon, puis le chant. Vers l’âge de 12 ans j’ai commencé à être passionnée par la manière dont on fabrique le son donc je me suis tournée vers la partie technique ce dont je suis très heureuse, car c’est une véritable indépendance. Je peux produire moi-même sans avoir à essayer de me faire comprendre. Ça rend le projet très personnel.

« Si tu m’oses ». Quelle est la chose la plus folle que tu aimerais faire?

Je dirais : partir dans un pays inconnu, à l’arrache. C’est quelque chose que je n’ai jamais réalisé et qui me fait très peur. Oser partir à la découverte d’un pays où je n’ai jamais mis les pieds d’un coup, d’un seul.

« Tu voudrais pas qu’on s’aime ». Pour toi est ce que l’amour est une affaire de choix ?

Je ne suis pas sûre. Parfois on n’ose pas tenter des choses avec une personne alors qu’il faudrait écouter ses tripes. L’amour ne se choisit pas, ça te tombe dessus sans que tu t’y attendes. Cette chanson est partie d’une rencontre, ce moment où tu ne sais pas encore ce qu’il peut se passer mais tu fais tomber les barrières et tu te laisses aller.

« Vent d’autan » Quelles sont tes inspirations?

Tout m’inspire, notamment dans mes relations humaines qui sont aussi bien porteuses de joie, que de souffrance. Par exemple « Vent d’autan » c’est une histoire qui se termine mais en s’élevant, ce n’est pas quelque chose de sombre ou triste. Juste la fin d’une relation pour le début d’une autre vie. La musique me permet de donner de l’espoir, qu’importe la situation.

« Une lettre pour Noël » Quels seraient tes vœux pour la nouvelle année ? Que peux t-on te souhaiter ?

Faire des rencontres, avoir du matériel pour le live et une grosse production d’images pour la scène. En gros, des moyens de promo et de l’aide (rires). Pour le moment je suis toute seule, et j’adore cette liberté, mais les moyens techniques supplémentaires sont toujours les bienvenus !

 

Culture Sauvage pour Adella?

Shakira ! Ses cheveux, sa façon de danser !

 [hr gap= »10″]

Retrouvez Adella en live: 

13, 14 novembre – Rock et chanson festival – Cologne (Allemagne)

03 décembre – La Dame de Canton – Paris

09 décembre – L’International – Paris

Et écoutez son nouveau single: 

Deezer : http://www.deezer.com/album/11466528

Spotify ; https://open.spotify.com/album/2NZTNEdDDXaBrFIuFpAsh6 

iTunes : https://itunes.apple.com/album/id1051221653

[hr gap= »10″]