Depuis plus d’un an, Animal Records, label créé par quatre amis, s’implante dans le paysage parisien avec un concept bien particulier: celui un peu hybride de mêler musique électronique et cuisine. Rencontre avec deux de ses fondateurs, Antonin et Jon. 

Parlez moi un peu de la genèse d’Animal Records? 

Antonin: Paul et Jon sont musiciens, Barth a fait une école de commerce et pour ma part, je suis chef cuisinier. On passait notre temps et d’ailleurs on passe toujours notre temps dans une colocation à Choisy dans laquelle on a monté un studio de musique. Au départ on était en lien avec des groupes qu’on connaissait et pour lesquels on faisait un peu de communication et de management mais juste pour le plaisir. Puis petit à petit, on a eu envie de faire grandir le projet.

Jon: On est parti un long week-end tous les quatre pour réfléchir à nos objectifs et ce qu’on voulait réellement monter comme label. On aimait tous les quatre la musique électro, l’évènementiel et on avait surtout un énorme atout dans notre équipe: notre chef cuisinier! Alors on s’est dit : pourquoi ne pas créer un univers autour de la musique et la cuisine?

C’est le cas de votre résidence la Gourmande au CAFE de la PRESSE ! 

A: Oui. C’est justement une journée lors de laquelle nos artistes viennent jouer en live tout en offrant aux visiteurs des petits plats sympas.  La nourriture qu’on propose lors de nos évènements peut aller du street food à de vraies tapas servies en assiettes. On a la prétention de faire de la nourriture haut de gamme pour s’éloigner un peu des food trucks qui sont omniprésents dans de nombreuses soirées. Du coup c’est drôle car à nos soirées certaines personnes viennent uniquement pour écouter les artistes et d’autres viennent pour la cuisine! Ca crée un bon mélange !

« La musique est animale, son instinct est sauvage! ». Pourquoi avoir voulu donner cet aspect à votre label?   

J: Tout simplement parce que notre label nous apporte de l’émotion pure et qu’on souhaite la partager. La musique pour nous c’est comme les goûts, les odeurs, ou même tomber amoureux.  C’est vrai, pourquoi aime t-on cette musique et pas une autre? C’est instinctif, animal car ça se ressent sans s’expliquer!

C’est un belle explication! Antonin tu peux proposer mieux? 

A: Non. Moi j’aurai dit : parce que j’aime les chats! (rires) Non, sérieusement on essaye vraiment de créer une émotion. Même dans nos évènements on tente de mettre les sens des gens en éveil que ça soit par le goût d’un plat, le live d’un artiste ou encore l’ambiance de la soirée. Donc je rejoins totalement Jon !

J’imagine donc que vous choisissez les artistes à signer à l’instinct? 

A: Oui, assez. Généralement on se fait découvrir des sons ou des artistes et si on est d’accord à l’unanimité, on les contacte. On cherche vraiment des projets qui soient le plus cohérent possible! Le plus important c’est que l’on croit tous à notre projet pour pouvoir le défendre le mieux possible.

J: Et puis on est un label familial.  Que ce soit avec nos premiers groupes comme Bloum ou Backbone, ou bien avec nos anglais de Kanzi on a un coté très «cocon». En plus du côté musical, on recherche le côté humain chez nos artistes. On est loin d’être une major donc on a besoin que l’artiste ne soit pas seulement bon dans ce qu’il fait mais aussi que ça soit une personne qui nous plaise humainement et dans son caractère. Il nous faut un feeling.

Et le travail à huit mains n’est pas trop compliqué?

A: On a chacun nos domaines donc ça se passe bien. On se force également à avoir un exercice de franchise entre nous quatre. Faire du business entre potes n’est jamais évident donc on essaye de vraiment se dire les choses. On n’hésite pas et ça nous permet d’évoluer toujours vers le haut.

J: C’est comme dans un couple finalement. Il faut se dire les choses qui vont mal et inversement. Même si c’est parfois douloureux pour l’ego !

Culture Sauvage pour Animal Records?

 « Animal Records ! »

Découvrez les artistes du label:

BLOUM  /  Backbone / Kanzi / Stand Wise

Et Retrouvez le label Animal Records le 5 septembre 2015 à l’Underclub et pour La Gourmande le 27 septembre 2015 au CAFE de la PRESSE.