C’est dans un cadre exceptionnel que la jeune chanteuse Lili Poe nous a ouvert les portes   de sa maison le temps d’un après midi de tournage. Entre deux cigarettes, elle évoque avec nous son premier EP, l’amour et la musique. 

Comment vas tu ? 

Bien. Je suis à fond en ce moment mais c’est que du positif. L’EP sort en septembre donc  l’accouchement est pour bientôt !

Tu peux nous en dire plus sur cet EP? 

Je travaille dessus depuis un an et demi. L’EP s’appelle « Sombre » car j’adore trouver dans chaque chose son contraire. Tout n’est pas tout noir ou tout blanc. J’aime me dire que quelque chose de triste peut s’avérer très beau et inversement. Que se soit dans le rythme ou les paroles, je m’attache toujours à jouer avec ce paradoxe et encore plus dans les histoires d’amour dont je me suis nourrie pour mes chansons.

Penses-tu que l’amour est une des plus grandes inspirations dans la chanson? 

Complètement. Après plus que le simple amour ce sont les rapports humains et les relations homme-femme qui sont une grande source d’inspiration!

L’une de tes chansons s’intitule d’ailleurs « Homme-ami ». Selon toi, pour qu’une relation marche il faut être à la fois ami et amant? 

J’en suis persuadé. Pour cette chanson je suis repartie de la traduction pure du mot anglais « boyfriend » et j’ai creusé l’idée. Je pense sincèrement que la longévité dans un couple passe nécessairement par la complicité. Pour moi, l’amour passionnel est très fort au début mais ça ne dure pas et c’est très souvent destructeur.

Avant cet EP, tu chantais souvent en anglais. Tu as finalement décidé de revenir à ta langue maternelle, le français? 

C’est drôle parce que le français ça a été un peu comme une révélation. Tu ne peux pas te cacher et tu as véritablement l’occasion de jouer sur les sonorités, il y a une vraie recherche de tournure de phrases, de jeux entre les mots. Au final c’est toute une construction qu’il faut travailler et j’ai d’ailleurs été aidée par Vladimir Pariente et Emilie Satt pour ça.

Tu as donc travaillé en équipe. 

Oui. J’aime bien avoir des gens autour de moi. Dire que j’ai tout fait toute seule ne m’intéresse pas. Même dans des créations qui au départ sont personnelles j’ai besoin de confronter mes idées avec les gens. Je suis loin de composer le soir, seule, un verre de vin rouge à la main.

Si tu devais qualifier ta musique?

Je dirais que c’est pop avec des sonorités urbaines. Il y a un peu de lyrique dans mes mélodies mais les sons sont assez agressifs et directs et j’aime bien ce mélange. Après je veux bien entendu que ça soit accessible et que les histoires que je raconte parlent à la majorité des gens.

Et au fait, pourquoi Lili Poe? 

Lili est un surnom qu’on me donnait dans ma famille. Et Poe allait à la fois avec Pauline, mon prénom et c’est également une référence à Edgar Alan Poe qui est un conteur incroyable et à l’univers mystérieux. Dans mes chansons j’essaye toujours de raconter des histoires et même si elles sont issues de mon vécu, j’aime jouer des rôles quand je suis sur scène, j’aime créer des personnages, du mystère.

Sur le titre « Sombre » tu es en duo avec Disiz. Comment vous êtes vous rencontrés? 

J’écoute Disiz depuis très longtemps. Je travaille avec le collectif Medeline qui a réalisé tous ces albums et ils lui ont fait écouter « Sombre » qu’il a beaucoup apprécié et il a donc accepté de faire un duo. C’était un peu fou car j’ai énormément de respect pour lui, son écriture est géniale et je trouve que c’est un des meilleurs rappeurs en France. J’ai eu beaucoup de chance!

La chance. Dans la musique c’est nécessaire ? 

C’est un milieu difficile. C’est très souvent une rencontre au bon moment qui permet à tes projets d’avancer. Oui, je pense qu’il y a plus de 50% de chance dans la musique ! Il y a des millions de personnes qui ont énormément de talent mais c’est très souvent un petit coup de chance qui permet de progresser. Ce lancer dans la musique, au final s’est être un peu inconscient je pense, car c’est risqué.

Quels sont tes projets futurs? 

Il y aura un concert le 23 septembre aux Trois Baudets pour « fêter » la sortie de l’EP, qui sort le 21 septembre. Sinon cet été je retourne en studio pour enregistrer de nouvelles chansons et des vidéos live sortiront très prochainement!

La Culture Sauvage pour Lili Poe? 

J’ai l’image de tableaux d’art dans des champs. Un musée dans un champ avec des agriculteurs et des vaches. Sortir l’art qui se veut très codé dans un espace qui n’a rien à voir. 

Découvrez la magnifique version live du titre « Sombre » juste ici: 

https://www.youtube.com/watch?v=oouWKKZ8mEo

cover ep